LA RESPONSABILISATION

Comme vous étiez excellent dans vos tâches de votre ancien poste, l’entreprise pour laquelle vous travaillez vous a offert une promotion, soit un poste de gestionnaire. Wow! Une  promotion que vous vous êtes dits, on saute sur l’occasion sans trop y réfléchir. OU vous y avez songé longuement en regardant les avantages et conséquences sur toutes les coutures. OU vous aviez déjà une expérience en gestion et vous avez accepté un nouveau défi.

Peu importe, vous avez dit oui! Après quelques semaines en poste, vous vous dites: OUF…. Quel défi!   Avez-vous par hasard débuté votre poste sans “intégration” (ou presque pas) , sans « formation », sans personne pour vous dire quoi faire ou pour vous expliquer votre rôle.  Est-ce que certains de vos «nouveaux employés» voulaient ce poste, avez-vous des résistances de collaboration, vous êtes-vous aperçu que certains employés n’étaient pas vraiment motivés ou responsables de leurs actions, qu’il prenait le tout à la légère ou simplement non conscient des conséquences de leurs gestes? Et bien, vous n’êtes pas le seul! Certains d’entre vous, peu de temps après votre entrée en fonction, vous vous apercevez que vous ne pouvez plus faire les choses vous-même, vous devez les faire faire.

Devant ces situations qui peuvent être frustrantes, il est facile de se culpabiliser ou de trouver des coupables et de mettre la faute sur les autres.  Il est facile d’entrer dans le jeu de la motivation et fonctionner sur le « radar » ou de rentrer dans le «moule» du département.  Par exemple, vous êtes dans une équipe qui manque de motivation et pourquoi pas vous vous dites, moi aussi d’abord! Ils ne veulent rien comprendre, pourquoi je me « défoncerais » pour eux… En mode culpabilité, vous vous remettez en doute régulièrement et vous vous dites surement que vous n’avez pas les compétences nécessaires.  C’est peut-être vrai, et qu’en savez-vous? Avez-vous eu la formation, avez-vous les outils nécessaires, avez-vous agi, avez-vous tenté des approches différentes, avez-vous….  L’important est de prendre du recul et d’identifier vos forces, vos points à améliorer, vos réalisations, savoir réellement pourquoi vous avez accepté ce poste, vos motivations, savoir si les valeurs de l’entreprise me rejoignent et voir les limites que vous vous êtes vous-mêmes imposées…

Vous êtes peut-être dans une autre situation, exemple:  vous êtes dans votre poste depuis plusieurs années, vous y êtes à l’aise, doit dans une belle zone de confort et vous suivez le train train quotidien?

Sylvie  Paquin, BAA, CRHA

SYMBIOSE RH, partenaire d’affaires inc.